Adidas Analyse Nike Piste Pour la compet Testing

Les chaussures portées par les médaillés aux JO de Tokyo : le bilan.

Quelques semaines après la fin des Jeux Olympiques, nous avons voulu faire le bilan des chaussures portées par les athlètes à Tokyo, avec une attention toute particulière pour les médaillés. On ne vous apprendra évidemment pas que cette année plus que jamais, les pointes étaient au centre de toutes les attentions… Nous avons donc trouvé intéressant de regarder plus en détails les choix d’équipement des coureurs « Elites », car nous pensons en toute logique que ces athlètes disposent des meilleurs produits pour performer. Or notre mission est de vous permettre d’avoir accès aux meilleurs équipements au meilleur prix, donc on se doit d’être à la page et d’avoir une vision des plus objectives. Un grand merci à l’excellent Vincent Guyot qui nous a été d’une grande aide dans l’élaboration de ce document.

NDLR : de part notre sensibilité plutôt axée demi-fond/fond, nous aurons plus de données concernant ces épreuves. Nous ne nous sommes concentrés que sur les épreuves de course individuelles, les relais n’y sont pas.

NDLR 2 : certaines informations, notamment sur la qualification de pointes Next Gen ou non peuvent être sujettes à débat. Pour faire simple, nous sommes partis du principe qu’une chaussure était Next Gen quand elle contenait une plaque carbone et/ou une mousse de type PeBax ou assimilé. Nous sommes ouverts à la discussion si jamais selon vous nous nous sommes ratés dans notre qualification !

NDLR 3 : quand on dit qu’une paire a « remporté » c’est évidemment un abus de langage ! La chaussure ne court pas toute seule…

QUELQUES CHIFFRES D’INTRODUCTION

Un peu moins de 1300 athlètes participaient cette année aux JO et parmi eux, 54% étaient équipés par Nike. Nous donnons ce chiffre d’entrée de jeu car vous verrez en lisant cet article que le Swoosh a été une nouvelle fois très dominateur question médailles. Et comme on sait que plus de la moitié des athlètes couraient avec leurs produits (la part s’accentue encore plus en demi-fond, voir ci-dessous), c’est somme toute assez logique de retrouver à de nombreuses reprises la marque américaine sur les podiums. C’est mathématique.

À partir du 800m, Nike passe de dominateur à ultra dominateur aux pieds des athlètes.

SPRINT

C’est sur les épreuves de Sprint (du 100m au 400m, en passant par les épreuves de haies) que la domination de Nike se fait le moins sentir. Moins de la moitié (enfin quand même 47%) des coureurs avaient ainsi aux pieds des chaussures siglées du Swoosh. Parmi les équipementiers qui ont vraiment réussi à rivaliser sur les podiums, 2 autres géants (et frères ennemis) : Adidas et Puma. Sur 400m notamment, Adidas réalise le doublé avec sa Adizero Prime Sprint, tandis que Puma l’emporte sur 200m par le biais d’André De Grasse et signe surtout le gros coup de ces JO avec le record du monde du Norvégien Warholm.

Néanmoins, la Maxfly de Nike reste la chaussure portée par le plus de médaillés (11), avec notamment un doublé sur l’épreuve reine du 100m.

Au bout du compte : Nike équipait 47% des sprinters et a remporté 43% des médailles. Une hégémonie certes, mais pas aussi marquée que celle qu’on voit à partir du 800m… Pour être plus explicite : 1 seule médaille d’or a échappé à Nike à partir du 800, le marathon féminin, remportée par la Kényane Peres Jepchirchir en Adios Pro 2.

Ci-dessous le bilan des chaussures des médaillés sur le sprint, avec en rouge les paires « non next gen » (on notera qu’en sprint la part de chaussures Next Gen sur les podiums n’est « que » de 60% contre 99% à partir du 800m…) Le sprint n’est donc pas encore complètement converti à l’ère du carbone et du PeBax…

À noter que Puma proposait plusieurs modèles « prototypes » ou non disponibles à la vente : les fameuses pointes Mercedes du champion olympique et recordman du monde du 400 haies Karsten Warholm mais aussi les pointes de sprint portées par André De Grasse, vainqueur sur 200 et 3ème sur 100, qui ressemblaient fortement à des pointes de saut… Ces modèles seront-ils un jour commercialisés ? Pour le 1er a priori non (il doit coûter trop cher à produire), à voir pour le deuxième…

Autre sujet intéressant : les pointes Saysh portées par sa créatrice, la brillante Alysson Felix qui se glissent au milieu des marques mastodontes grâce à sa médaille de bronze sur 400 haies. Si vous en voulez, comptez 2000$ la paire par contre.

La MaxFly est la chaussure qui a « remporté » le plus de médailles sur les épreuves de Sprint.

DEMI-FOND

Comme dit plus haut, à partir du 800m, une seule médaille d’or a échappé au Swoosh. Cela peut aussi s’expliquer par le fait que près de 2/3 des athlètes de demi-fond et fond portaient des Nike.

Sur 1500m, la marque américaine fait ainsi un carton plein. 3 Dragonfly et 3 Air Zoom Victory composent les podiums masculins et féminins. On notera que chez les hommes, le rapport est de 2 Dragonfly (notamment choisie par le champion Olympique Jakob Ingebrigtsen) pour 1 Air Zoom Victory et que celui-ci s’inverse chez les femmes.

Sur 800m, la donne est plus variable. Chez les hommes, on reste sur du « classique » : Air Zoom Victory (la pointe Nike conçue à la base pour le 800m) pour les kényans Korir et Rotich, respectivement Champion et Vice-champion Olympique. Le bronze est remporté par le polonais Dobek en Adidas Adizero Ambition, la pointe Next Gen d’Adidas pour le 800m-1500m.

Chez les femmes par contre, c’est plus surprenant. La prodige américaine Athing Mu remporte ainsi l’or en Air Zoom… Maxfly ! Une pointe conçue initialement pour le sprint. 1.55.21, record des USA pour Mu, 19 ans (Junior 2 !), qui va sans doute dominer la discipline pour des années…

Encore plus intéressant, la Maxfly était aussi portée par Raevyn Rogers, qui se classe 3ème. Deux pointes initialement conçues pour le sprint sur le podium du 800 donc. Comment l’expliquer ? Il semblerait d’après nos premiers retours que la Maxfly soit plus stable que la Victory et plus résistante. Certains athlètes la préfèrent pour cette raison. Néanmoins elle reste très rigide (c’est une pointe de sprint !) et il faut être musculairement costaud pour l' »emmener » sur tout un 800m…

L’argent est quant à lui remporté par la britannique Hodgkinson en Dragonfly. Qui, si l’on en croit la description du site Nike, est une pointe conçue pour les épreuves « du 1500m au 10 000m »…

Sur 3000m steeple, la donne est simple : la Dragonfly remporte toutes les médailles, sauf le bronze chez les féminines. À noter que la kényane Kiyeng, qui a remporté cette médaille, était selon nos informations la seule athlète médaillée en chaussures « non next gen » à partir du 800m… D’après notre analyse, elle courait en Adidas Adizero MD.

Nike équipait 67% des athlètes sur le 800/1500 et 3000m steeple et a remporté 89% des médailles sur ces épreuves.

La Adizero Ambition, pointe Next Gen d’Adidas pour le 800m-1500m.
La Air Zoom Victory, chaussure privilégiée des coureurs de 800m

FOND

Sur les épreuves de fond (5000m – 10 000m et Marathon) la donne est quasi identique au demi-fond. Sur piste, chez les hommes, la Dragonfly était portée par 5 des 6 médaillés. Sur marathon, le podium est à 100% composé de Vaporfly Next%2.

NDLR : beaucoup se sont demandés pourquoi Eliud Kipchoge ne courait pas en Alphafly sachant que c’est une paire qu’il a aidé à designer et qu’il portait lors de son passage sous les 2 heures à Vienne. Il a expliqué ce choix de la Vaporfly en expliquant que selon lui elle était mieux adaptée aux courses avec des changements d’allures brusques (course de championnat qui s’accélère d’un coup) que la Alphafly, plus conçue pour maintenir une allure fixe…

Chez les femmes, c’est plus intéressant : Sifan Hassan, titrée sur 5000m et 10 000m a ainsi fait le choix de courir en Air Zoom Victory, une chaussure plutôt conçue pour le 800-1500. De notre point de vue, nous ne comprenons pas vraiment ce choix mais cela démontre que les chaussures ne sont pas à « enfermer » dans des cases. Sur le marathon féminin, c’est en Adios Pro 2 que Jepchirchir remporte l’or et avec la nouvelle Puma Deviate Nitro Elite que l’américaine Seidel prend le bronze.

La Dragonfly de Nike, la paire la plus « titrée » de ces Jeux avec 16 médaillés l’ayant portée

AUTRES INFORMATIONS

Quelques informations pêle-mêle :

  • Selon nos analyses, 80,3% des athlètes médaillés portaient des chaussures nouvelle génération. Ce chiffre se porte à 99% à partir du 800m
  • Seulement 4 médailles d’or sur 22 possibles ont par ailleurs été remportées par des athlètes ne portant pas de Next Gen. Toutes en Sprint.
  • Sur 22, épreuves, 7 podiums ont été « full Nike ». C’est la seule marque à le réussir.
  • La chaussure ayant « remporté » le plus de médailles d’or est la Dragonfly. Viennent ensuite la Maxfly (13) et la Air Zoom Victory (8).
  • Asics n’apparaît pas sur les podiums d’athlétisme mais sur le triathlon, les deux champions Olympiques homme et femme couraient avec la nouvelle Metaspeed Sky.
  • New Balance réalise une très belle percée avec 3 médailles dont une en or (Sydney McLaughlin sur 400m haies). Leurs pointes seront disponibles en France début 2022 selon nos infos.

Retrouvez sur The Running Collective les chaussures citées dans cet article au meilleur prix :

Nike ZoomX Dragonfly : à partir de 142,5€

Nike Air Zoom Maxfly : à partir de 180€

Nike Air Zoom Victory : à partir de 180€

Adidas Adizero Ambition : à partir de 68,4€

Adidas Adizero MD : à partir de 69,95€

Adidas Adizero Prime Sprint : à partir de 200€

Nike Vaporfly Next% 2 : à partir de 202,42€

Adidas Adios Pro 2 : à partir de 220€

Rendez-vous sur le site : www.therunningcollective.fr !