Alessia Zarbo
Kreuss Nike Pour la compet

Alessia Zarbo : « Ma première saison de cross-country aux États-Unis »

Interview d’Alessia Zarbo sur sa saison de cross aux USA

Alessia Zarbo, vice-championne de France 2021 du 5000m et recordwoman de France juniors du 5000m (NDLR : 15’50 »47 un soir d’été 2020 à Décines), est à seulement 20 ans, un des plus grands espoirs de l’athlétisme français.

Expatriée depuis déjà 3 ans dans la prestigieuse Université de l’Oregon, berceau de Nike et lieu phare de l’athlétisme mondial, nous avions eu la chance en février dernier de réaliser un podcast avec elle sur ses débuts Outre-Atlantique, sur les terres des légendes Prefontaine et Bowerman… 

8 mois plus tard, Alessia, toujours extrêmement sympathique, a accepté de nous accorder une seconde interview, sur sa troisième année au sein des Ducks (surnom des étudiants de l’université de l’Oregon dont la mascotte est un canard) et sur cette saison de cross qui bat son plein aux Etats-Unis.

TRC : Comment vas-tu Alessia et comment se passe ce début de deuxième saison en Oregon ?

Alessia Zarbo : Tout va super pour moi ici en ce moment, vraiment très heureuse et épanouie. Il s’agit en réalité de ma troisième année ( le temps passe vite !!!), mais entre blessure et COVID c’est ma première saison de cross aux États Unis.

TRC : Peux-tu nous dire comment se passe la saison de cross-country aux USA ? Quels sont les différents cross auxquels tu participes (championnats/meetings) ?

AZ : La saison de cross aux États Unis est complètement décalée de la française. Elle se déroule entre septembre et novembre, donc relativement courte et condensée. Dans mon cas, et sûrement pour la plupart des « grosses » écoles elle se déroule sur 5 courses. Une première, souvent relativement locale, comme rentrée. Puis 2 semaines plus tard un cross de taille importante et niveau relevé qui peut être localisé n’importe où dans les États Unis, en fonction du choix des coachs. Il s’agit de NUTTYCOMBE INVITATIONAL dans le Wisconsin dans mon cas, le 15 octobre.

Puis 2 semaines plus arrive le cross de conférence, ma course est PAC 12 ( les conférences sont faites par taille et importance d’écoles ainsi que par zone géographique). Pour moi elle se déroulera le 29 octobre dans l’Utah. La course de conférence est importante : la conférence est une sorte de fédération interne au NCAA, et chaque école se retrouve avec leurs plus grands rivaux et les personnes avec qui elles ont l’habitude de courir. Ce cross est placé à 3 semaines des nationaux, c’est là que les équipes ainsi que les individuels qui prétendent à un titre commencent à se dessiner. 

Les régionaux sont le cross où il y’a la possibilité de se qualifier officiellement en nationaux, il faut faire dans les 2 en équipes ou dans les 6 (non qualifiés en équipe par ailleurs) en individuel.

Cependant ce n’est pas la seule façon de se qualifier : c’est là que l’importance des premiers cross rentre en compte. Des points sont accumulés tout au long de la saison grâce à ces cross, (uniquement en équipe) donc même avant les régionaux certaines équipes savent qu’elles sont qualifiées pour les nationaux. Je ne vais pas rentrer dans les détails car le système de points et de qualification est très compliqué 🙂

TRC : Comment t’es tu préparée en amont pour cette saison de cross américaine ? Comment s’est organisé ton entraînement ?

AZ : Je suis un cas un peu à part (lol), étant donné que j’étais blessée le printemps/été passé de avril à juillet, ma saison a été inexistante aux États Unis puis disons « atypique ».

En plus de ça j’ai couru en Europe pendant l’été, ce qui n’est pas le cas des Américains. Les Américains typiquement font la saison de piste de avril à mi juin. Puis ils coupent en juin/juillet, s’entretiennent jusqu’à mi août puis légère intensité jusqu’à début septembre et reprennent l’entraînement dur mi septembre.
Pour ma part du coup, j’étais blessée, du coup j’ai repris la course juste après les France de 5000m. J’ai repris assez rapidement l’intensité et fait peu de volume et au fil de l’été j’ai descendu l’intensité pour augmenter le volume.

Après quelques courses au mois d’août j’ai pendant 10jours fait une sorte de pause, sans arrêter de courir mais juste footings facile, le temps que je voulais à l’allure que je voulais, sans intensité, sans vélo piscine muscu etc… Lorsque je suis revenue en États Unis, fin août, on a construit une sorte de base aérobie solide jusqu’à mi septembre, puis progressivement l’intensité des séances a augmenté. En ce moment, « pleine saison », c’est une fine balance entre séances dures, récupération et séance de mise en jambes avant course. La saison étant courte et relativement condensée les séances clés se comptent sur les doigts d’une main donc il est important et de récupérer comme il faut tous les jours pour être disponible ces jours là.

TRC : Les parcours ont l’air très différents des cross français : pas de boue, du gazon… C’est finalement une course qui fait la part belle aux pistards qui courent du 5000/10000 ?

AZ : Effectivement pas de boue, 99% du temps du gazon, et parcours relativement plats alors c’est vrai que les coureurs de 5000/10000 ont l’impression d’être dans leur terrain de jeu. Cependant je pense que des parcours de ce genre demandent aussi une certaine capacité d’aller vite donc cela donne une chance aux coureurs de distances plus courtes, type 1500/3000.
Je pense aussi que la raison de ces parcours est purement logistique. Quoi de mieux qu’un parcours de golf, une plaine ou ou des terrains de foot et rugby pour accueillir entre 20 et 40 écoles soit entre 400 et 800 plus coachs et staff ainsi qu’un public et des caméras qui veulent du spectacle ???

TRC : On voit beaucoup de coureurs américains faire leurs cross avec des pointes de piste next gen, notamment les dragonfly : c’est aussi ton cas ? Tu penses que ça donne un avantage en cross ?

AZ : C’est vrai que je pense que sur une ligne de départ de cross on a rarement vu autant de diversité. Personnellement les 2 chaussures que j’ai porté cette saison sont les steaks avec pointes, un hybride entre légères et pointes (NDLR : Streak LT) et les Zoom Victory XC. Je cours tout en Air Zoom Victory sur piste donc forcément je suis une fan de version cross. J’aurai du mal à me prononcer sur les Dragonfly étant donné que ce sont des chaussures que je ne porte pas du tout. Sur des parcours plat et non boueux pourquoi pas ? Au bout du compte je pense que le choix des chaussures dépend de chacun. Il faut prendre celles dans lesquelles on se sent bien, confortable et qui nous donne confiance.

TRC : Quel est l’objectif de la team Oregon pour cette saison de cross ? Et ton objectif à titre perso ?

AZ : Notre team de cross est relativement nouvelle, beaucoup d’entre nous n’ont jamais couru les cross à un tel niveau donc je pense que l’objectif premier pour nous toutes est d’être capable de s’exprimer en compétition et tout donner pour représenter notre équipe, notre école. Les objectifs d’équipe sont un sujet que je n’aime pas spécialement aborder avec les autres car je suis quelqu’un de très réaliste alors que les Américains sont parfois à mon avis trop rêveurs et optimistes, the American Dream you know.

Pour ce qui est de mon objectif à titre perso, étant donné qu’il s’agit de ma première saison de cross, je n’ai pas d’idée précise. Je ne m’attendais pas forcément à faire top 30 lors de la dernière course, et je pense que j’étais même capable de mieux. Je sais que je suis en grande forme, et que je me sens bien. Je veux me sentir solide, en contrôle de mon corps et de mes course et prendre du plaisir. Si je devais donner des chiffres je pense que top 10 en conférence, top 10 aux régionaux (avec qualification) et top 40, all American, aux nationaux seraient de très belles performances.

TRC : Comment se compose votre équipe ?

AZ : Notre équipe se compose de 18 filles qui vont courir du 800 au 5000/10000m. L’équipe de cross se compose de 10 filles, dont 5 qui scorent les points en championnats.
Cette année l’équipe se compose de 2 freshman (premiere année), 3 sophomore/junior, dont moi), 2 seniors dont la coureuse olympique Polonaise Aneta Konieczek , 3 filles en master dont la française Émilie Girard.
Les autres qui ne courent pas sont soit des coureuses de 800, comme la Danoise Mia Moreck, de 1500 comme ma partenaire d’entraînement Hannah Reinhardt , ou sont blessées.

TRC : Comment est l’ambiance dans la team Oregon ?

AZ : L’ambiance dans l’équipe… que dire! Plus qu’extraordinaire. Personnellement j’y ai vraiment trouvé ma place et mon identité toute en étant moi même. On a créé des vraies relations d’amitié. On est tous relativement proches et amis, même entre les filles et garçons. Personnellement je me sens totalement intégrée, soutenu , poussée à être la même version de moi même en tant qu’athlète autant qu’en tant qu’ « humaine ».

TRC : Après la saison de cross, quels sont tes objectifs pour la suite de la saison aux US ? Et en France ?

AZ : Après la saison de cross aux US, je vais rapidement rentrer en France afin d’essayer de me qualifier aux Europe de cross et pouvoir représenter haut les couleurs de la France. Puis la saison indoor arrivera rapidement lorsque je rentrerai début janvier. Ce sera ma première saison indoor donc je ne sais pas trop à quoi m’attendre mais je suis bien attirée par le 3000m indoor, je pense que les allures 3000m ajoutées à la base faite en cross me mettront dans de bonnes conditions pour le 5000m outdoor.

TRC : Les prochains mondiaux auront lieu à Hayward Field sur votre stade, stade mythique qui a accueilli Bill Bowerman et Steve Prefontaine, tu sens une atmosphère particulière à l’approche de cet événement ?

AZ : Effectivement, Hayward Field, accueillera les championnats du monde l’année prochaine. Une certaine atmosphère oui et non. C’est sûr qu’on y pense, on voit des personnes de l’IAAF et world athletics venir repérer les lieux etc, on entend parler de recherche d’étudiants pour l’organisation mais il m’est difficile d’imaginer un tel événement, avec les plus grands athlètes mondiaux dont tous les français, dans ce stade que je considère vraiment comme ma 3e maison : j’y passe en moyenne 5h par jour, on y rentre sort comme ça nous chante grâce à nos empreintes digitales, on laisse traîner nos affaires partout et connaît tout par cœur…
J’ai vraiment hâte en tout cas !!!! Aucun doute que les Français vont adorer Eugene !

TRC : Chez TRC on suit de près le contenu proposé par la team New Generation Track and Field avec notamment Cooper Teare. Tu penses qu’un crossover est possible ?

AZ : C’est sûr !!! Aucun doute que ils seraient des fans de votre contenu aussi, malheureusement ils ne parlent pas français. Cooper Teare est un vraiment bon ami, et je connais Ben Crawford ( le créateur de New Generation Track and Field) tres bien aussi. Ils habitent à 150metres de chez moi donc c’est sûr que il y’a quelque chose à faire.

Propos recueillis par VK pour TRC via Instagram. Merci Alessia et bonne saison !!!

Alessia Zarbo